jeudi 1 novembre 2007

Enfin... le Mexique (1 au 3 Novembre)

Notre objectif : passer la frontière sans problèmes et rouler pour atteindre la plage et l'Ocean Pacifique le plus vite possible.

map

Nous étions un peu anxieux de passer au Mexique, juste par ce que tout le monde avait plus ou moins tenté de nous effrayer. Beaucoup de personnes pensent encore que voyager sur les routes du Mexique peut être dangereux et qu'on risque de se faire attaquer et voler toutes nos affaires. Heureusement nous ne les avons pas cru...

On a traversé la frontière à Nogales. Il s'agit d'une ville coupée en 2: coté USA et cote Mexique. On sait qu'on approche de la frontière avec des panneaux qui nous l'indiquent ensuite on traverse une frontière physique : un poste de frontière avec des barrières mais qui semble complètement abandonné avec personne dedans. Et tout d'un coup on change totalement d'univers. Tout a l'air plus pauvre et plus sale. On a l'impression qu'il y a plein de monde au mètres carrés, pleins de boutiques de trucs pas chers, de petits restos dans la rue et de gens qui traversent n'importe ou dans cette masse bruyante...

On roule ensuite une trentaine de kms sur une route à 2 voies. Puis on voit une sortie avec un poste de douane et des barrieres pour règler enfin les formalités de douanes. Le passage de la frontière avec un véhicule était l'autre point préoccupant. Notre expérience a été très bonne. Tout a été vite et bien (on y a passé quand même 1h30). Les douaniers étaient gentils et parlaient en anglais. On voyait bien que les infrastructures étaient faites pour acceuillir pleins de gens en même temps. Nous étions en hors saison donc l'attente a été courte et tout était bien organisé.

Il faut d'abord se procurer un permis de touristes (20$ par personne) puis aller payer pour le permis de l'auto (30$). Enfin on ressort avec un autocollant à metttre sur le pare brise qui prouve qu'on est en règle.

On continue sur l'autoroute. On a pas du tout l'impression d'être dans un autre pays. La route est bien entretenue. Ca roule bien et aucun problème n'est rencontré. Sauf que les autoroutes sont payantes et qu'il faut payer environ 5$ tout les 150 kms. On arrive à Guaymas, petite ville au bord de la mer. Ca faisait bien 15 jours qu'on avait pas payé pour un camping mais vu qu'on est en territoire inconnu, on s'installe dans un camping pas trop cher. Anne négocie la place pour 10$ avec un jeune mexicain qui parle très bien anglais. On est un peu depités car encore entourés de retraités riches qui voyagent en Rv immenses style autobus. On est crevés mais rassurés de voir que le Mexique ce n'est pas si pire que ça.... On va se promener sur la plage et manger à notre premier resto mexicain. Là encore on est deçus: on se sent plus dans le film la Florida (equivalent des bronzés ) surtout quand un vieux prend la parole pour souhaiter un bon retour au habitués. Heureusement leurs margaritas sont délicieuses (pleines de téquila et pas chères). La bouffe par contre même si elle est bonne, semble assez chère par rapport à ce qu'on attendait (autour de 10-15$ par personne).

IMG_0309 IMG_0313

Le lendemain on reprend la route. On a une grosse journée de route. De toute façon au Mexique il est recommandé de ne jamais roulé de nuit car il y a plus de risque d'accidents et d'attaques... Donc on décide de suivre le soleil: on se lève vers 6h, 6h30 et on s'installe au camping avant 18h (enfin on essaie !!). On a environ 500 km à faire jusqu'à Mochis. Pour le deuxième jour on se sent plus on confiance et on en a marrre de payer pour les autoroutes. Comme il y a toujours une autre route gratuite pour contourner l'autoroute, on décide de la tester. Ce qui est bien c'est que cela nous permet enfin de traverser de vrais villages mexicains et de voir mieux comment ça fonctionne et comment se déroule la vie. On voit aussi les campagnes mexicaines avec les gens qui travaillent la terre et qui surveillent le troupeau de vaches ou de chèvres le long de la route. Par contre c'est vraiment le bordel. Tout le monde traverse n'importe ou, il faut éviter les vélos, les tracteurs, chiens, cochons etc... et zigzaguer dans les petites rues. Mais ça nous change de l'autoroute. Par contre ca prend beaucoup plus de temps et il faut se taper les fameux topes: ces ralentisseurs qu'il y a partout dans chaque ville, villages ou même au milieu de nulle part. Souvent ils ne sont oas du tout indiqués ou des fois il y a un panneau qui nous force à ralentir et le tope a été arraché depuis....

On est le 2 Novembre et c'est la fête des morts, très célébrée par les Mexicains qui apportent des offrandes et des fleurs au cimetière et y passe la journée tous ensemble à chanter et pic niquer. C'est très impressionnant à voir. Et c'est très joyeux et pas triste du tout.

On finit par arriver juste avant la tombée de la nuit dans un petit village (à une dizaine de km de Los Mochis) dont nous parle le routard mais arrivés là on est décus car c'est très petit et le port de pêcheurs a l'air désert et abandonné... On décide donc de retourner à la ville de Los Mochis et de retourner au camping qu'on a apercu en passant et qui est dans le centre ville car au moins on pourra se promener dans la ville...Evidemment il commence à faire noir et d'un coup la circulation devient plus difficile, on voit moins bien et vu que la plupart des autos et camions mexicains n'ont pas de feux de freins arrière et n'utilisent jamais le clignotants et ne respectent à peu près pas la signalisation, ça devient vite très compliqué et hazardeux. On ne retrouve jamais le fameux camping et on se retrouve dans une voie d'engagement de l'autoroute où tout le monde à l'air de s'enfourner n'importe comment et de tout les cotés en klaxonnant. On fait demi tour comme on peut en évitant de justesse un camion de militaires qui évidemment ne nous laisse pas passer et nous klaxonne furieusement... Après ces émotions on est un peu refroidis et on décide de s'arrêter dans le premier hotel. On a vite compris que c'était un hotel à prostituées avec des tarifs pour 3, 12 ou 24h, avec glaces au plafond et rideaux pour camoufler sa voiture pour pas se faire griller par le voisin. On s'en fiche, on se couche car il nous reste de la route à faire le lendemain pour enfin atteindre Mazatlan...

IMG_0321 IMG_0325

Le 3 Novembre, on roule encore toute la journée ou presque. On fait la moitié d'autoroute et la moitié de route gratuite. Dans les villages à chaque tope, il y a des vendeurs de tortillas, de fruits ou autres. On essaie la pastèque (melon d'eau). Délicieux. Les mexicains la mange (comme tous les fruits d'ailleurs) avec du sel et du piment ce qui est étonnamment excellent. Il fait une chaleur de plomb depuis qu'on a traversé la frontière. Notre frigo a du mal à fournir. La bière est tiède :)

On arrive à Mazatlan. Anne négocie le camping à 10$ car on a pas besoin d'eau ni d'électricité. Le camping est pas terrible, car encore pleins de RV moches, mais il est à 2 pas du centre ville et de la plage. Il y a aussi une très belle terrasse avec piscine et jaccuzzi. On va se baigner à la plage car on est installés vers 16h. On se promène sur la plage. C'est beau mais il y a beaucoup de gros hotels de riches qui gachent un peu le paysage. Les vendeurs de paréos et bracelets de la plage nous abordent en anglais, ce qui est moins dépaysant...

IMG_0329 IMG_0333

On savoure une margarita en regardant le soleil se coucher. Puis on va tester un resto de crevettes, (crevettes à toutes les sauces: avec noix de coco, enroulées de bacon et fromage, panée ou à l'ail...) un peu pleins de touristes mais délicieux et au bord de l'eau. En plus il nous offre l'apéro....margarita encore !!

IMG_0340 IMG_0346 IMG_0345

Finalement on profite longuement de la piscine et jacuzzi du camping qui sont déserts, pour se rafraichir et relaxer avant d'aller se coucher...

Yves et Anne

2 commentaires:

james a dit...

Une grosse bouteille de biere à partager avec ouistiti

Anonyme a dit...

Oui, probablement il est donc